Collection gratuite et virtuelle

Pour aider à améliorer ce site, vous pouvez transmettre des cartes postales.
Scannez ainsi les documents dans une résolution maximum en JEPG de préférence.
Envoyez-les ensuite à l'adresse suivante : bsdjack@neuf.fr
Toutefois aucune réponse ne sera établie sur demande d'achat de cartes.
BONNE VISITE ET MERCI

Retour index

3 - LES CARRIÈRES

L’EXPLOITATION DES CARRIERES DE TRAPP (1884)


Le travail de la pierre représente une part non négligeable de l’activité industrielle, également tournée vers la production de granit. Une matière noble façonnée au fil des siècles dans les entrailles de la terre, qui investit de plus en plus la décoration des intérieurs conquis par son exceptionnelle longévité.


Au 16ème siècle, il existe déjà une carrière de pierre au lieu dit « la carrière du couvent » située au-dessus du hameau de Chavré. 
De cette carrière, les tâcherons extraient des pierres pour les besoins locaux en pavage des rues. Ces pierres sont aussi envoyées jusque Nancy (54). 
Les habitants de la ville ont droit d’exploiter cette carrière gratuitement pour leur propre besoins. 


A partir de la décennie suivante, le site de Raon suscite l’attention d’industriels belges qui créent la «société H. RAMU & Cie». 
Ainsi l’exploitation des carrières des rayeux débute en 1884 réservant des droits aux exploitants MICHEL, STEVENEL et ETIENNE. 

L’expansion de ces produits trappéens devient plus intense sous l’habile et savante direction de l’ingénieur H. RAMU qui depuis 1882 met son talent, son dévouement et ses connaissances techniques au service du développement de l’industrie du trapp et du granit rose avec l’aide d’un matériel renouvelé et perfectionné puis créant des voies multiples. 

La carrière RAMU comporte alors deux pôles d’activités : l’exploitation en bordure de l’a R.D. 159 (ancienne R.N.59 - route  de Saint-Dié-des-Vosges) destinée à la production de pierres taillées. 
Ce développement économique est conduit par ces personnes privées et les industriels qui apportent capitaux pour créer ce centre de production. Le site industriellement vierge est desservi par le chemin de fer.

Carrière de granit
en bordure de la route de l'ancienne Saint-Dié (R.D.159)

Les ressources en bois abondent et une main d’œuvre locale importante est disponible. Une extraction du produit dit « trapp » pour la production de pierres cassées destinées aux routes et aux chemins de fer locaux. 

En 1905, la société devient « S.A. Trapp et Granite de Raon l’Étape ». En 1938, l’activité granite est arrêtée, remplacée par des bordures et dalles de béton à partir de squelette entièrement en trapp  concassé commercialisés sous le nom de «dur trapp».

En 1969, les actionnaires belges se rapprochent de la carrière de la « Meilleraie » qui absorbent une fusion dont cette dernière emploie en 1960 seulement 60 ouvriers puis 111 en 1975. L’effectif diminue ensuite pour être de 70 en 1982. De gros investissements sont nécessaires pour parvenir à une modernisation et une mécanisation très poussées. En 1992, la carrière appartient au «groupe Redland Granulats» leader national repris en 1998 par le « groupe LAFARGE ». 

Quand à la reprise du site de la carrière de RAON L’ETAPE par la société SCREG, il reste implanté en Lorraine dans le département des Vosges (88), au centre du triangle formé par Nancy - Strasbourg - Mulhouse, le long de la RN 59 entre Lunéville et Saint Dié.
Cette société de carrière de Trapp exploite toujours le gisement éruptif d'Andésite labradorite nommée Trapp. 
Les caractéristiques mécaniques exceptionnelles de cette roche d'âge primaire Desono Dinantien ainsi que la détention de moyens d'expéditions importants, permettent à ce site de couvrir le grand Est de la France puis de fournir des points fixes tels que les centrales d'enrobages mais aussi des grands chantiers routiers, autoroutiers, aéroportuaires et ferroviaires tels que les TGV auxquels la carrière a participée sans exception, pour de gros volumes.
Le site d'extraction s'étend sur une trentaine d'hectares et se présente sous forme d'entonnoir découpé en paliers de 15 à 25 mètres de hauteur pour atteindre une profondeur moyenne de 125 mètres. La roche est extraite à l'explosif après forage par tirs successifs de 20 à 30.000 tonnes (2 à 3 tonnes d'explosifs).
La carrière est parfaitement visible au Sud-Est de la commune sur une vue satellite. En outre, il peut être encore remarqué dans les environs, les traces discernables des anciennes exploitations. Maintenant, il est connu ce que les wagonnets transportaient à la belle époque.


Depuis 1998, la carrière de Raon est la propriété de la société «Carrière de Trapp», une des plus importantes de France.

1991 - Vue sur la carrière

Carrières
Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10